Archive pour le Tag 'noir'

Eructat

Eructat

Je voudrais que tu me désactives de mes mauvais démons

C’est trop demandé…

Mais j’ai la lune pour objectif !

Déjà vu.

Du cliché, je sais…

Je peux plus déchaîner les oracles,

Subir la réclame,

Je n’ai d’estime que pour le pinacle,

Je commente que je crame.

J’m'oblitère sans rougir,

Pas de temps pour les sourires,

Juste un doigt,

Dans ma gueule.

Certains y foutraient toute une armée de phalange !

Un corps d’armée pour moi tout seul !

Je lévite, excise la transe la rend maussade,

Je suis secrètement agencé.

Le mystère c’est mâchicoulis et verdasse ;

Enfume, hume ce cataplasme !

Il est tant de changer, y’a le bras droit qui palpite trop bas,

Barrage, antenne, grivois,

Ballerin de bois…

Accouplage invétéré

Du robot à moi y’a plus de 50 000 ans de différence,

Dur de rester stoïque dans la rumeur…

Ruminance, bouse, onguent de certains.

Whaow top miroir :

N°1 anal juste apposé au cul des 38 tonnes,

Je déconne.

Je me débats tout le jour, jusqu’au soleil levant avec une armée de souvenirs en transe,

Du relief mal maîtrisé.

Empoisonnement passif, acceptance…

Jactance imbuvable, théâtre, maldonne !

Eructance.

Bonne naissance, passport full, plein de denrées pas cher :

Connais peu.

Compter les centimes, ça sait faire…

Juste me poser un peu,

Ailleurs dans une peau,

Deux minutes de dînette en plus,

Un je-ne-sais-quoi d’innocence à se remettre en tête :

Enchantement facile, gambadage, gigotement, jaillissage hors du turban…

J’ai la mésange difficile,

Les piafs me font plus marrer…

J’m'envisageais pas si inconstant

Miroir, ô belle salope !

Dis-moi, il est tard ?

« Y te reste dix minutes avant d’allez te coucher. »

Routine, vermine, tout ça pour un temps :

Y’a pas d’erreur de frappe que je ne paye cash.

Vas-y comprendre les astres, les cycles, les commodités !

Je suis malléable, concave, plein d’aménité.

Verbial-je ? Demande à sortir la bête !

Un sémaphore, je cherche au bord des étoiles.

J’ai dix mille parsecs à recouvrir en moins d’une heure !

Heurté par un palace mouvant, je me démène fort,

Ça m’escalade par l’ouest ça me revient direct dans le ruminoir !

J’ai « toc », « boum-han » en magasin,

J’ai l’oeuf, la clé, la singe-attitude pour pas gâcher…

Je me snobe moi même face à la glace,

C’est dire si je fais envie.

Misericordie que nenni !

Je m’overclock, je braille, je ventripote trop souvent…

Je me démène avec tout ce rien,

Essaye d’en sortir quelque chose de bien.

Je zélote, je créer toute la sainte journée

À son exemple je remplis le néant de physicalité.

Oxyde image, mouvance, famille et refrain entêtant

Je copie les toucans, les alligators, les bons romans…

Je les évide, les hémisphères… je rends limpide l’éther !

Je terre la bisque,

Je cache la recette…

La revend en scred sur point-com crevette.

recueil

Collages Digitaux, série Silver n Gold

Véniaryne

Vénialités

stroky

Archerie et Amandine

Stupéfiacy

Strupéfiance

Rascalisme et emphysème

Miasmatisme, faraud dodeline

Bobos sur le coeur,

Adjuvants hauts en couleur !

Déborné l’éborgneur sagace,

Un salut simiesque en forme de trou de balle

Sous les vestons palpitent des stimuli,

La papille revêche suggère un éructat.

Mac-mac-machina, à quoi bon que t’es dix doigts ?

Le mojo décline, pas grave ouvre un crédit :

Du pied de nez qu’on t’offrira, tes initiales hémoglobines

Dégorge tant que tu peux, moineau, calfeutre tes aspérités…

Muzak rampante, à peu près claire, 100% bafouilis

Hanter d’autres corridors mornes, voilà ta quête !

Du Palatinat viennent les ordonnances,

par contumace, travestir les sanités.

Bois tout dégoûté, farandole à tout va !

Liqueur, carnaval et tubas !

Fanfare bien comme t’es bas, outre et lavasse.

J’ai pas soif baille le chameau,

Il exaspère la dune avec ses doigts,

Il chuinte, hennit, roublarde et vocifère :

Tous les primates avec lui !

Des armées de chapeliers faillitaires,

Au loin le tocsin sonne, on dirait un cri d’hormone.

Des cathédrales composites ploient sous la fêlure,

Des berniques se jettent dessus, elles se sont gourées d’hémisphère.

Ça demande qu’à s’ouvrir aux quatre vents, cette porte-là.

Y-a-plus-rien-à-attendre de ce brouhaha…

Ah ça, ça rigole ! ça rit conne ! ça se hyènise…

Vas-y, éponge-moi ça, ces molaires qui se désagrègent.

Y’a plus de bourgeons bénis, des packs de bière pleins nos sapins.

Et maintenant ça : des hommes-grenouilles réclament gaz hilarant !

Ils veulent s’esclaffer en haut-fond…

Santa Madona, mais où donc tout ça s’arrêtera-t-il ?

Collages digitaux, série Silver n’ Gold

The Way

 

The Way

 

Eyeinview

Eye in a View

 

axis light

Axis Light

 

Collage digitaux série Silver n Gold

un jour mon prince viendra copie

Un Jour Mon Prince Viendra

 

bal de blé

Bal de Blé

 

1001 faces de Côté

1001 faces de côté

Moult Véroles

 

Japperie bien mal acquise,

Onomatoplasie contracté sans faux cols,

Gérontocratie sous injection !

Poétise un chouya toute cette avalanche de scories.

Bois-moi tout ton saoul,

Gamberge pas trop , simule l’avantageux;

Mycose pour totem,

Cuistrerie anxieuse.

Bouge de là, sertis ta face d’antenne,

Moque les petits, tortille quand vient l’écuelle.

Décalamine ta virginale secousse…

Pousse pas, y’a plus que de la place,

Y’a toute une avenue qui t’attend…

Des farandoles de cotillonneux postillonnants.

Du connemara au Ponan,

À dos de poney Marat, Hébert et Saint-Just.

Mon maître étalon, c’est l’oukase :

Du bénitier, du plastron, du goitre !

Ça se réveille par delà la belle époque,

Ils touillent des vulves sans gant !

Pauvre sarclage, où qu’c'est qu’est le bon temps ?

La charogne est mûre pour l’épousaille,

Y’a de l’épouvante qui ne cesse de saillir…

ça boursoufle, ça crayonne, ça enjambe les dictons…

Mais ça laisse pas de traces, juste des bourgeons pleins de rognures

La brisée m’a t’on dit, la vacherie d’anathème sans objet.

Un point pour toi si tu te révèles apte au Grand Tout…

Y’a des places à prendre en Olympie, des claques qui se perdent…

Mâchouille du candélabre, investi dans l’arboriculture

Mouche-toi le derrière, y cause trop de dégât…

Sémaphore en forme d’instinct :

Une mouche, un cousin, un lien virevoltant d’un être à l’autre…

Molécule, molécule,molécule…

Que d’indignité…

Tsss.

Collages digitaux, série Silver N Gold

a sting needed

A Sting Needed

Bulgurine

 

Bulgurine

diving

Diving

 

Collage Digitaux, série Silver n’Gold

sunburnt

 

 

servantes

 

miroreal

Collages Digital,série Silver N Gold

Provideur d'errances

Provideur d’errances

 

De promesse en dérobade

De promesse en dérobade

 

Prodige et rémoulade

Collage petit format (red/blue) fanion

rubanis

Rubaniste

 

révélationement

 

Révélationnement

run for your life

 

Run For Your Life

12



Peinturejoelle |
Flamenco y Co... |
Imagineproject |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Festival Ado #5
| Lecorpoete
| Histoiredelartedna