Archive pour le Tag 'drôle'

Empapaoutage de rigueur

head

Voilà, en gros et en surbrillance ce à quoi ressemble mon encéphale au petit matin… Certes certains objecterons pour la forme à défaut du fond , que je n’ai qu’à arrêter de me casser les synapses à découvrir ce qui se cache derrière l’expression  » le miracle de la vie »  (moderne)

POISSON

Pourtant grand bien te fasse, ami lecteur, de bien suivre à la trace, à la lettre, les explications qui vont suivre quant à cet état de fait que je vis en mon for intérieur et que j’ai illustré , quelque ligne plus haut, en usant d’une image animé du meilleur aloi, si ce n’est du meilleur goût.

Or donc pour la plupart de mes congénères, ou désigner comme tels par l’inique et néanmoins prépondérante règle du qui ressemble s’assemble ( bon sens populaire quand tu nous tiens…)

Le Miracle de la Vie , c’est à peu de chose près , ceci :

RENARD

(Bien évidemment cette règle à des exceptions qui la confirme, pour peu que la ressemblance ne soit pas flagrante au demeurant :)

scorpio1

Mais trêve de parenthèses intempestives et revenons au coeur du débat :

« Le Mîrâcle de la Vieeee » c’est donc l’acouplage à visée reproductive permettant au prétendu miracle de de ne point péricliter …

DANCE FOR 3

Gamettes mâles et femelles s’adonnant aux joies simples et revigorantes de la parade amoureuse , qui dans certains cas d’effectue de manière convexe et non concave, mais c’est aussi par ses nombreux aspects disparates  que ce fameux Miracle prend toute sa dimension « esstraordinaire ».

Cependant, et comme l’ont très bien démontré certains  sorciers contemporain , la Magie c’est pas tout les jours dimanche

280284garcimore_trans_cadre

Et Le Miracle de La Vie, c’est quand même mieux quand l’autre est d’accord !

electrisement

Oh j’en conviens parfaitement, certains arguments sont tous sauf accessoires, certes …

show me !

Mais ceci étant établi , il ne faut pas oublié que ce fameux miracle à une fâcheuse tendance à s’arrêter à des détails fort bien décris par Darwin en son temps , pour permettre à la civilisation de progresser dans le sens de la marche, voire même du marché pour ceux qui suivent un peu ma logique.

Getout

Et donc , au rebut les inadaptés à l’illumination divine !

fall

A la poubelle , les incompétents à la magie !

shark 2

aux chiottes  le gougnaffiers incapable à l’ex-tase Galactique !

nunchaku

Moi je dis que nenni , le Miracle de la vie !

Empapaouetrie de rigueur oui !!!

Moi je préfères avoir des super pouvoirs et joué avec !

wawrcontroler

Comme lorsqu’avec mes incantations (inaudibles sur cette photo, limite de la technique, que voulez vous) je peux mouvoir la force océanique rien qu’avec la seule force de mon encéphale !!! (que j’ai décris en introduction, qu’il vous suffit de retourner voir si vous n’êtes pas sur de bien vous rappeller de tous les détails)

Voilà.

Donc, pour conclure je dirais ceci :

Miracle de la Vie : Billevesées.

Super Pouvoir sur la Force Océanique (et en caleçon, s’il vous plait…) : Magie.

 

PS : si vous souhaitez des photos dédicacées de moi en caleçon, sachez que je suis en rupture de stock.

 

 

 

Clapotis Cabochard

 

Bouboule à l’oeil bien terne, le grivois ne l’enchante plus.

Il causerait bien des tourments au hasard des rencontres,

Mais il a des méchants calculs, trop de merde au cul.

Alors il reste là, il clapote, il tangue et s’éffronte.

V’là une mamzelle qui passe dans sa ruelle vermineuse,

Il tente d’achopper son air glaiseux, tricard et bec de lièvre

Mais rien n’y fait, elle a tatoué sur la gueule sa mine bécheuse.

Il tente un mot doux, qui s’écrabouille en ordure sur ses lèvres.

Elle trace la gourgandine, elle fait style elle est sourde

Pourtant elle cause à son phonetel toute pleine de ferveur !

Bouboule ça le rend tout chose , du calebard aux esgourdes…

Il se lève se son poteau, s’apprête à lui causer de son coeur.

Elle a au moins dix pas d’avance, sûrement le feu aux fesses !

Bouboule il s’imagine tellement de culbute, qu’il en devient rouge-sang.

La elle tourne vers le boulevard, hèle un taxi ,se met le tif en tresse

Il en peut plus le pépère de tant d’invite, il a viré au turgescent.

Il finit par la rejoindre tout essoufflé et plein de suintat.

Elle a la narine qui s’exaspère, la donzelle, tout comme l’oeil d’ailleurs…

« Qu’est-ce qui fout dans mon espace, dans mon décor je veux pas de ce tas ! »

Si elle pouvait flinguer avec ses cornées, elle viderait son chargeur.

Il comprend pas qu’il y a maldonne, bouboule, dans le fond il est bonne pâte.

Toutefois rien n’y fait, elle se décale clairement, serre fort son sac, lève bien le menton.

Il bafouille, il proteste, promet qu’il va faire des efforts, qu’il faut pas qu’elle se carapate !

Mais elle regarde ailleurs, interpelle les passants ,les flics même le marchand de marrons.

« Dégagez moi c’t'éléphant de mer de mon angle de vision ! » qu’elle gémit.

Elle promet forte récompense, moult deniers voire photos dénudées…

Seulement tout le monde s’en fout de ses problèmes, y’a personne qui agit !

Et Bouboule qui reste là, hagard, par la tournure des évènements vaguement gêné…

Enfin v’là un tacot qui s’arrête, malheureusement un peu trop tard…

Sous ses roues avant, la péronnelle a plus l’air de grand-chose, d’l'osso buco au mieux !

Car Bouboule, en se retournant il a fait basculé la mousmé hors du trottoir !

Et s’en est allé pleuré plus loin, se prendre une murge, un pétard et au pieu.

Il prête pas attention aux vagissements de la populace, à son tour de faire l’hautain.

Bouboule il lui aurait tout donné à c’te salope, même un massage si elle voulait !

Mais voilà de nos jours, y’en a plus que pour les minets, les bronzés et les vauriens !

Les gras du bide on n’en veut plus, on veut que des maigres et pas replets !

Moralité : il vaut mieux donné son numéro quitte à c’qu’il soit faux…

Plutôt que de se prendre les pieds dans un air revêche de circonstance !

Car il arrive que les circonstances soient bien fâcheuses en manque de pot…

Quand on dégringole d’un coup de fessard, c’est qu’on a manqué de bon sens !

Rascalisme et emphysème

Miasmatisme, faraud dodeline

Bobos sur le coeur,

Adjuvants hauts en couleur !

Déborné l’éborgneur sagace,

Un salut simiesque en forme de trou de balle

Sous les vestons palpitent des stimuli,

La papille revêche suggère un éructat.

Mac-mac-machina, à quoi bon que t’es dix doigts ?

Le mojo décline, pas grave ouvre un crédit :

Du pied de nez qu’on t’offrira, tes initiales hémoglobines

Dégorge tant que tu peux, moineau, calfeutre tes aspérités…

Muzak rampante, à peu près claire, 100% bafouilis

Hanter d’autres corridors mornes, voilà ta quête !

Du Palatinat viennent les ordonnances,

par contumace, travestir les sanités.

Bois tout dégoûté, farandole à tout va !

Liqueur, carnaval et tubas !

Fanfare bien comme t’es bas, outre et lavasse.

J’ai pas soif baille le chameau,

Il exaspère la dune avec ses doigts,

Il chuinte, hennit, roublarde et vocifère :

Tous les primates avec lui !

Des armées de chapeliers faillitaires,

Au loin le tocsin sonne, on dirait un cri d’hormone.

Des cathédrales composites ploient sous la fêlure,

Des berniques se jettent dessus, elles se sont gourées d’hémisphère.

Ça demande qu’à s’ouvrir aux quatre vents, cette porte-là.

Y-a-plus-rien-à-attendre de ce brouhaha…

Ah ça, ça rigole ! ça rit conne ! ça se hyènise…

Vas-y, éponge-moi ça, ces molaires qui se désagrègent.

Y’a plus de bourgeons bénis, des packs de bière pleins nos sapins.

Et maintenant ça : des hommes-grenouilles réclament gaz hilarant !

Ils veulent s’esclaffer en haut-fond…

Santa Madona, mais où donc tout ça s’arrêtera-t-il ?

Météorisation

Flok-flok , choque les maths, flatte les bottes…

Tant d’ellipses hasardeuses

M’écartèle via nurse et gueuse,

Bûche bécasse, brave peureuse.

Baoum !! Brame les contre-prêtres

avides de calembours et de tas de mots en « i ».

Boeuf en tontine,

Esclave las qui suppure mal.

Clap-clap-clap se démène le décorum

Plus fort, rie plus fort !

Poy-poy-poy, laque et vermine, tout mêlé…

J’astéroide, convint un robot que l’Aztèque c’est « in »

Métalobise du brun avec du fric.

J’éjacule du fortichisme

De la coulée de boue, de la lave si t’es gentille.

Maille-maille-maille me dit-elle !

Je me décortique en écheveau,

C’est dans mes gènes mes craquelures au cerveau.

Je popote des babils, des saynètes, des barbelés…

Les faux-bardes donnent beaucoup de suées aux envieux.

Je comédise le tracé des comètes,

Je donne dans l’ellipse, le masturbatoire forcené,

Mais les billets manquent.

Les maquignons ont soif de sang neuf,

J’ai pas mille, j’ai pas cent, même pas le quart du centième d’un.

Peau de cacaouhète, un fond de vernis, une extase qui dure ?

Ploum-ploum-ploum, Oye moi cantiner !

Attends , attends ! Mon bout de la langue s’enfle de révélation…

Vois comme ça vient fort , j’ai le métacarpe qui se congestionne,

Celui qu’en veut, il commande !

S’il peut pas, il m’élabore un fax avec des restes de saindoux !

Moi y’en a avoir trop de phrase de conclusion.

Moi y’en a trop peu de coups de reins en stock !

Toi t’a qu’à m’attendre, et surtout reste digne Dugenou !

C’est pas comme s’il te restait autre chose comme choix…

Les Philosophes de l’impossible

les Philosophes de l'impossible

La gue-dra du dimanche

la gue-ra du Dimanche

A destin moqueur, il ne faut pas voir rouerie…

Arrivé chez moi vers 20h30 ou 20h28,  je n’ai pas la mémoire des chiffres,(que voulez on ne peut pas tout avoir) qu’elle ne fut pas ma surprise de découvrir ma chère et tendre installé sur une étagère de la cuisinefrom the top  au prise avec un écoulement d’eau tsunamique qui avait attiré dans notre salle à manger un prédateur des plus incongru en ces lieux ,qui faillit d’ailleurs me prendre par surprise quand j’alla au WC me remettre de cette vision ( ma femme en bikini, ça faisait bien trois ans que j’avais pas vu ça !!)…. Seulement voilà le prédateur incongru m’attendait de pieds fermes :

fall

Un ami qui passait par là;  essaya bien d’empêcher que je sombrasse pour l’éternité dan les eaux mornes de ma fosse sceptique  :

 

shark 2 Mais ces efforts furent vains , car tel Coco, notre perroquet de ma compagne et de moi , je finis cette journée dans l’estomac du monstre :

come here lunch

Affrontant mon destin avec la classe qui me caractérise de tout temps , j’affrontais le jugement de la Mort avec si ce n’est satisfecit ce fut avec résignation :

kiss

Mais la belle, ne trouva point ce baiser à son gout !

spiterr

Elle m’enjoignit donc à rentrer dans le monde des vivants où elle me disait que là au moins je ne gênerais personne avec mes lèvres molles et insastifaisante étant donné que ma femme ne voulait plus de toute façon avoir ça à supporter. Je rentrais donc chez moi à mon grand étonnement( ravis aussi d’être encore de ce monde merveilleux où la baguette coute réellement 1.50 euro, soit une inflantion de 500% depuis le dernier recensement….) mais ma femme elle, ne sembla pas vraiment satisfaite ../

saaffron

Je décidais donc de faire comme si de rien n’étais et prétextais d’avoir soi disant reconnus Ousamma Ben laden s’échappant dans un van à peine camouflé pour me lancer à sa poursuite :

car striker

Ah la la , c’était un jour à heure sup’ en fait !

Comme quoi à destin moqueur , il ne faut pas voir rouerie !!

A trop charger la mule, on en oublie qu’on est pas des bêtes !

En notre époque mucho complexe à comprendre, certains ont cru pouvoir tout simplifier a l’extrême en faisant confiance au bullistes professionnels de Wall Street ou d’ailleurs, en confiant leur précieuse épargne à des filous sans vergogne ! Qui se lavent les mains à la va vite de leur erreurs de jugements et d’outillage technique forfaitatoire :

ape 1

 

Bien malin celui qui sait où est la limite du bon goût,  tant qu’il ne l’a pas atteinte !

 

brekball

Car à trop vouloir faire genre on en oublie souvent  jusqu’à l’essentiel :

gold

à savoir que l’argent ne fait pas le bonheur et souvent travaille tout seul et notamment à l’insu de celui qui fait des crédits à taux flottant et qui se retrouve gros jean comme devant quand vient le temps de passer à la caisse :

cry

On a alors, comme dirait l’autre, plus que ses yeux pour pleurer , le mouchoir pour se moucher ayant lui aussi été saisi par les créanciers avides du NWO, peu enclin à posséder un coeur sur la main adjoint a un gant de velours ( avec comme chacun sait , une poigne de fer attenante )  et donc privé de la précieuse manne financière obtenue par l’argent facile emprunté au organisme prêteur c’est la banqueroute :

avion

Que dire sinon s’enduire de ces oui-dires qui font tant perdre aux petits épargnants !violence

Car à trop charger la mule on en oublie sa ceinture de sécurité !

window beak

Tenez le vous pour dit , et allez voir carglass de ma part ils vous feront un prix !




Peinturejoelle |
Flamenco y Co... |
Imagineproject |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Festival Ado #5
| Lecorpoete
| Histoiredelartedna