La macrobiotique du flou

 

De l’atome en cornet,

Du dernier cri pour éthique !

Je passage, tu pont ?

Peut-être faudrait-il intéresser la partie un minimum? …

 

La mainmise sur le pétrolinéum, une avarie au bien commun.

Donnez-moi quelque chose d’invarié, comme un bout d’éclat d’voix.

Une saison entière de crustacés, élevés à basse pression ;

Torturez les dès la graine pour obtenir saine soumission.

Insane tic-taquerie….

 

Le missel sournois ondoie sous main basse :

Impair, je manque à tous mes travers !

Je mords aux dents pour m’unir plus loin.

Mais tous vos empires n’ont pas prise sur mes doigts.

Et courant sous l’air le froid du vide…

Électre, bien belle déesse à cul de plomb.

 

J’ai dans la tête des seringues qui peignent des courbes.

Moins d’une once de pouvoir à pourvoir, l’orgueil fait pencher la balance.

Mes pieds s’entorchent et réminiscent…

Les mêmes traces d’oie,

Obscurément teintées magenta.

Ocre et brouillard,

L’inodore me colore

Sans m’apercevoir que j’ai tombé.

Je m’adresse aux matamores :

N’ai plus conscience de l’idée.

Ma petite cuisine : que du poil d’os arrangé en quinconce !

(Je sous-dois, tu applaudis) 

Ho ! Ho ! Ho !

Sonar à la limite du supportable, mais pas souvent allumé…

Je fourvoie moi, ma main et les autres dans tant d’anti-missions.

Mais peut être y a t’il quelqu’un d’autre qui croit

À des promesses dont je ne me souviendrais pas.

Des repas entre amis qui tournent en pugilat.

Tant de rates gonflées. D’envies d’hélium…

Curative mnémopose assistance :

« Je conçois pas qu’on parle de certaines choses…

Comme l’incurie testostéronique nécessité par la soif du mâle! »

Je mâche de la poulette avec les doigts, relâche le frein à main dès que ça déborde.

« Même sans les pédales, M’dame! »

Ode au masque !

Un obélisque, ça veut dire quoi ?

À mes risques et périls,

Je prends appui sur La Celtie.

Découvre les Indes à l’endroit où elles sont.

Laisse les Incas tranquilles,

Me mets au pointillisme.

 

Ou p’t'être que je serai contrôleur ajusteur

Dans ma vrai vie,

Celle d’en bas de la démocratie.

Ou comment faire croire qu’Athènes

N’a pourvu jamais autre chose que des chaînes

A L’humanité dans son entier ?

 

Ô l’art ! Le décor !

l’envie de Félicité et d’Avril d’opales teintés. 

Du merveilleux !

Laisse moi m’amazoner avec toi !

Et crois pas que je t’entourloupe…

Y’a pas de carrefour avec sortie de secours.

Justes des morceaux de choix dont t’as pas fini de faire le tour.

C’est juste aux champs que j’veux aller !

Pas au casino, car j’ai la manche qui prend du bide;

Mes couilles qui enflent.

Et ça, ça plait pas. …

 

http://www.thebookedition.com/des-bleus-d-or-matthieu-malo-pihan-p-90992.html

miniature

1 Réponse à “La macrobiotique du flou”


Laisser un Commentaire




Peinturejoelle |
Flamenco y Co... |
Imagineproject |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Festival Ado #5
| Lecorpoete
| Histoiredelartedna